Poèmes : #  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Titres en C

Cirque à remettre
Croyance anatomique
Carnivores
Coup de fil d'Ariane
Chercheuse d’or
Coterie
Concession
Champs De Flammes Rires Et Larmes
Code Couleur
Colonie
Conte pour enfants sages et adultes avertis
Chantier aux champs
Croquer à pleines dents
Consignes
Comptine d’amants
Combattant du 25 novembre 2016
Canicule
Comme à l’accoutumée
Ciel lourd d'orage
Chacun son tour
Cent papiers
Contre le froid
Ce matin
Conflits générationnels
Cas d'espèce
Cercle fermé
Couleur locale
Club Éros
Chapeau perdu
Ce qui retient
Coupe-coupe
Conditions salon
Ciel de lit
Corps pour elle
Ceci n’est pas une chanson
Coup d'état
Concours de boule
C'est pas un arc en ciel
Compagnie
Convalescence amoureuse
Couscous merguez
Colombes de paix
Cantate pour tout l'amour du monde
Changer de régime
Cassés
Clair-obscur
Ce que raconte la nuit
Coups de mains
Cadavre en rade...
Ce qui reste d'un homme
Chaise électrique
Chère Flamme
Centre ville
Capital-City
Conversation avec le coeur
Crime contre l'humanité
Coquillages cassés
Contre-chant
Cracheurs-de-feu-vendeurs-de-pluie
Captivity
Coeurs en sueur
Charles Fourier pourvoyeur d'étoiles
Chasse ouverte
Crevettes grises non-épluchées
Combat d'esprit
Caillot
Chemin perdu
Capoue
Chuchotement d'amour
Contorsionniste
Ce qui ne tue pas réveille plus fort
Casse-croûte
Cher Mal-aimé
Constellation
Couler l'encre
Collines
Culte Dodo
Chères mélanines
Chambre à part
Ce soir
Coeurs battant
Cuir fatigué
Coupable d'innocence
Couvre-chefs
Cavalier seul
Captive
Comptoir des monopoles
Ces efforts pour rien
C'est beau dans la tombe
Comptine
Ces regards dans la nuit
Commémorations
Contraste
Chevrotine
Chez Bernard
Coups de coeur
Circulaires parfois
Confession
Capitaine Nemo
Concerto en do majeur
Cure de jouvence
Chant d'adieu d'une sirène
Clair de lune
Congé du bâtiment
Cellule
Coupez !
Ce qu'est l'ennui
Ce que nous nous disions...
Contrastes
Catwalk
Contrôleur
Complexe
Charte du peuple noir
Couleur de miel
Compte-gouttes
Client facile
C'est l'printemps !
Coupe-gorge
Ce jour-là et pas un autre...
Consanguins
Choc thermique
Chant d'amour à Manja
Cupidon
Colonize
Chants de la traversée 2
Chemins séparés
Cueillir le beau temps
Callipyges
Ce que le matin dit à la rose...
Charbons ardents
Contradictions
Couleur café
Ce bas monde
Coeur de lutteur
Cheminée
Couleur tristement belle
Congo
Ciel et terre
Chaleur des compliments
Cordon coupé
Chien et loup
Choeur battant
Chute libre
Compte à rebours
Cauris
Conquérant
Chambre froide
Chantal
Confession
Croyance
Chaîne alimentaire
Courage
Coquetterie
Conviction
Calcul
Ce qui touche le coeur
Charline Perrault, point
Chou-chou
Cosmos
Charline Perrault, la suite
Charline Perrault
Ce qui nous tue
Conjugal
Chatteries
Crottin d'or
Coeur à vif
Carpe diem
Conseils
Coquilles vides
Compagnons
Ce que j'aime
Ciel ouvert
Conditio humana
Coffre-fort
Comprends moi
Couteau de miel
Cécité
Coquelicot
Crossroad
Conteuse d'étoiles
Conjugaison
Crise de nègre
Combats en retraite
Cedant arma togae
Chère Sofia...
Climatique
Charlito
Ces instants infinis
Conquêtes
Chaque matin
Compte de faits
Cent fois
Chienne de vie
Consensus nauséabonds
Carpe diem
Cast the spell
Cible mouvante
Chevaux dans la grisaille
Corps Port Aile
Césarienne
Ces gestes que l'on ne compte pas
Cécité
Création
Châtiment exemplaire
Celle du plus fort
Canapé-vert, mon quartier !
Cette place
Cette terre qui change
Carpe diem
Ce regard-là...
Contemplation
Chimérique
C'est comme cela que je t'aime ...
Cours de rattrapage pour la troisième esquisse...
Cogito
Comme une vague
Crépuscule d'un vécu
Cours d'anglais
Courir après le vent
Cris du coeur
Ces rues au bout du monde
Changement de régime
C'est fini...
Ces secrets qu'elles partagent avec la lune
Cent pour Sang
Costa Rica
Congo, Coeur d'Afrique
Cri d'amour (à toi Maman)
Ce qu'on nous cache
C'est possible !
Comptine
Confession (part 1)
Cascades
Ce cri
Congo
Carré Noir
Ce bateau
C'est l'heure où...
C'est l'heure où
Ca fait mal
Coeur Noir
Chant de la traversée
Candy
ça ne fait rien...
Can't Forget About U
crescendo
Cigognes
Corps de Femme
Congé de dépression
Cardiophobie
Celui qui aime la Rose supporte ses épines
Conversation with God
Chut!
Carcéral
Café noir

Vous lisez

Charles Fourier pourvoyeur d'étoiles

Serge Noël,  le 03.04.2016


Charles Fourier pourvoyeur des étoiles et du lait au berceau des enfants
je lis dans ton grand livre la nomenclature des rêves humains
j'entends les chants nacrés du monde et ses danses sacrées
dans tes pages faites pour la passion et les narcisses
tes maisons recèlent des amours de chair et de vent
ce soir je dormais au milieu des mystères
ce soir je rêvais de toi et de tes plans cosmiques où le corps est un astre
la beauté ami sera universelle et pleine de feu ou ne sera pas
les vrais éléphants clairs traverseront les fenêtres du matin
je me suis souvenu des vallées où traînent les brumes du désir
j'ai vu les paysans porter des gerbes et des paniers de fruits rouges
j'ai vu les ouvriers construire des cathédrales d'amour dans la nuit
d'un amour/porte toujours ouvert par où l'on aperçoit les oiseaux qui reviennent
de tous les Sud endiablés de tous les ports de toutes les mers
mains colorées de safran et de miel
qui portez les bouquets de baisers et de fleurs
venez hommes incrédules partager le repas de la vie
venez femmes conteuses prendre le vin des ivresses
je vous embrasse je rêve de vous depuis ma belle jeunesse
nous danserons dans la lumière ambrée des rêves
nous voyagerons à bord de bateaux blancs
nous travaillerons au bonheur humain
goûtant les gâteaux sucrés d'un temps toujours heureux
et les enfants grandiront au milieu de jardins semés de rires
Charles Fourier sorcier des âmes
je songe à toi en grand habit de promenade et de jeu
quand courent les chiens jaunes le long des sentiers bleus de l'avenir
dans des pays à jamais affranchis de l'exploitation de l'homme par l'homme
et des enfers de la jalousie et de la propriété privée
nous coucherons dans des ouragans de sueur
nous étendrons nos corps sur des lits frais refaits de tendresse
dans des draps de lin clair et de rosée
nous peuples rois auteurs des villes dans les rues de quoi danserons festoierons
dans la clarté d'or d'un soleil apaisé au soir des semailles
sur les montagnes où coulent les rivières chantantes
dans les forêts où les biches observent la nuit
amis c'est l'été aux tables dressées du plaisir
le pain rompu les salades savoureuses et les vins noirs
nous absoudront des péchés des dieux anciens
et les animaux libres viendront laper l'eau au creux de nos mains ouvertes
Charles Fourier annonceur de fêtes et de larmes douces
nous aurions dû prendre nos rêves au sérieux
quand adolescents nous refaisions le monde et le chant
nuits pluvieuses et chaudes aux lunes rondes
dansez étoiles dansez corps neufs et coeurs de sang
ainsi poussent les plantes grimpantes le long des murs blancs
dans les étés de paix et de champs labourés par le temps
toujours plus vieux toujours plus clairs toujours plus lourds parleront les hommes
que les maladies et la mort auront laissés malédictions oubliées
Charles Fourier je rêve de toi et de ton front de lune
de tes mots de justice et de braise tendre
roulez étoiles dans le ciel pur parmi les mondes nouveaux
le temps est venu de penser aux enfants
de tracer des chemins véridiques et fous
le temps est venu d'oublier les cauchemars et les guerres
le temps d'aimer est advenu
laissez au loin passer les oiseaux de l'enfer
laissez vos sexes exprimer l'essentiel de vos corps
et du ventre des femmes sortira l'avenir
Charles Fourier professeur de bonheur
des générations de guerriers ont perdu la parole et leur langue
ne goûte plus que l'amère joie des cimetières
il aurait fallu t'écouter te comprendre
et prendre pour argent comptant tes délires incestueux
ainsi dans les phalanstères lumineux fomentés par les vents
dans les cours des usines où se fabriquent les rêves
on aurait pu déjà connaître le sens des choses
et planter les graines privilégiées de l'amour
Afriques remplies d'or et de fleuves violents
Asies où se fait le déjeuner des étoiles
Europes dont les rues grouillent de passants assommés
Amériques aux chevaux de buée galopant sur les plaines
Fourier vous dit comment ne pas mourir de tristesse
comment toujours être ivres et passibles de rêve
Fourrier vous dit comment renaître en pleine connaissance de cause

 

Commentaires

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.