Poèmes : #  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Titres en S

Scorbut
Salle des fêtes
Si Dieu était une femme
Soumission
Sourde Oreille
Shawri
Soul-Full
Sunset Boulevard
Somnambule
Samson en chemin
Stérile
Société de consumation
Sans histoire
Signe de vie
Seul domicile connu
Sexiste
Sous Un Casque Bleu
Sur des peintures de Christine Aubeye
Somnifère
Soir de relâche
Sur le site
Soul searching
Spontané
Supplément
Salto mortale
Sado-macho
Sirène
Sourire du vent...
Snapshot
Scintillements
Surprise
Sacrilège
Sans trop le vouloir
Saint-Sauveur
Saint Patron Des Silences
Scaphandre
Sans abri
Samantha
Sado
Sans doute
Songe à la douceur...
Sur ses gardes
Séparation de corps et biens
Sacré Monsieur !
Sur la route
Spécimen
Selfie
Seule au monde
Scrutin
Sans-abri
Secondes noces
Slam qui écoute le Jazz de Toufik Farroukh
Sous un ciel
Sang et eau
Style empire
Soleil Esquimau
Soul survivor
Stop !
Simiesque
Sparadrap commando
Sacro-saint
Siamois
Sans réfléchir
Spéléo
Sans collier
Soleil dépassé
slow motions
Souci de collectionneur
Simplicité
SOS Migrants (Épisode 1)
Silence
Sans froid
Surface
Strange fruits
Secret d'alcôve
Scènes d'hiver, scènes de vie
Soleil
Slowing down
Sauvages
Spectacle
Sirènes
Souhaits
Sourire de jais
Semer le vent
Sur le boulevard du 30 juin (Partie I)
Solitude 52
Solitude 87
Soupape
Sans rien entendre
Sans titre
Sincérité
Solitudes
Spleen des diamants
Sur-le-champ
Salve d'ogives
Souvent
Sans rancune
Silence
Susceptible
Silhouette ébène, les mains trop usées d'un artiste oublié
SDF
Signaux de détresse
Sang
Songe et mensonge
Sur mon papier glisse ma plume, elle s'use et cela m'amuse.
Sens en éveil
Sauve-qui-peut
Sens dessus dessous
Sentiment
Suicidaires avertis
Sans titre
Se souvenir
Silence trop bruyant
Smoke and Mirror Breaks
Son père
Sadomaso
Solitaire
Seconde chance
Sang d'ancre
Sans cesse
Say it loud
Soft Sounds of Love's Embracing Chase
Sans filet
Sommeil
Sagesse temporaire
Sous l'Epée de Damoclès
Sur le front
Sweet Caress of Summer's Light
Sobre
Suite pour violoncelle
Si la nuit
Sarments de vignes, serment d'ivrogne
Sauvez les sirènes !
Siffle mais ne parle pas
Soupir
Si
Sa grotte
Sur ma terre d'Afrique
Stigmates
Souvenir
Summer rain
Son Intime
Sonorité
Scalpel
Schizophrènes
Songe d'une mort rêvée
Stockholm
Salle d'attente
Son désir d'enfant
Sa raison de naître
Son absence
Sur mes pages
Sans titre
Sade (Pour Helen Folasade Adu)
Songe d'un soir
S.D.F., Sans Dignité Fixe...
Souffle
SMS
SOS sans avenir
Sans-façon
Safari
Soie noire et dentelles
Septième jour
Sadia, deux ans déjà
Substitut
Surréaliste
Sur l'oreiller
Sablier
Satine
Sentiments Nés Sous X
Sans titre
Sur le creux de ta bouche...
Sweetest Love
Sept secondes...
Spleen
Sur le fil
Subversif
Seigneur de mon Âme !
Sans aile
Suicides

Vous lisez

Soie noire et dentelles

Ufuono,  le 09.11.2009


Jalousie calée dans le gosier
Imagine ces bâtards agglutinés,
Ses premiers pas perdus
Dans le Grand Monde
Bagarre calée en mon poing
Imagine cette mâchoire alcoolisée
Qu'il me faudra défoncer
Chirurgicalement car demain il sera mon patient
Lumière tamisé, un bras me retient
« Monsieur, votre veste s'il-vous-plaît ! »

Je passe en revue toutes les masses de chairs
Sur mon passage, des bouches rouges me susurrent
Les désirs incandescents de leurs corps mal aimés
Je me dégage de leur nymphomanie qui me lasse,
Fends les foules
Pense qu'il est trop tard
Seules les vapeurs du jasmin persistent
Parmi ces âmes éteintes
Je sens mon coeur étouffé
« Qu'y a-t-il ? »
Elle est là...

Assurément belle.
Son épaule d'or déchire une étoffe de soie noire
Devine le sein que l'ombre tombée offre à ma vue
Ce soir, elle portait l'Afrique comme...
« Nos reines ? »
Oui.
Bannissant toute proximité du tissu à ses courbes
Insultant toutes ces femelles dénudées en tiédeur
La brise prend plaisir à me faire deviner sa silhouette
Elle me laisse m'avancer vers elle
Pour me confier les plaintes de son corps
Pose mes doigts autour de sa pomme
Eve m'offre son pouls
Ses lèvres fiévreuses parlent de sa nuque
Que je détends de mes doigts
A leur contact, ses cheveux se dénouent
« Et ? »

Je l'entraine dans les jardins obscurs
Où bougies ponctuent ses pas
Pour qu'elle me raconte ces paroles d'hommes indécentes
Cri aigu !
« ??? »
Les pavés retiennent son aiguille

Je la dégage de ses talons
Mais sur mon dos, elle a pris appui
A genoux, je pose mon front sur son ventre
De ses chevilles, je dégage la soie
Et remonte sa peau douce
Ses genoux serrés autorisent avec peine mon passage
Le moelleux de ses cuisses caressent mes mains
Et je devine la fraiche chaleur qui s'offre à ses draps chaque nuit
Mes lèvres se perdent dans les méandres de sa peau toujours couverte
De mon visage, explore ses courbes
La dentelle de ses dessous ne me résiste pas

Alors que je l'embrasse...
« Oui ? »
Le miel de ses lèvres me rappelle à la dure Loi de l'Amour :
« Quelle est-elle ? »
Elle en aime un autre mon Ami...

 

Commentaires

Chris Levo, 18.10.10, 2:28:28

Joli poème qu'il m'est donné de découvrir.

J'ai l'impression qu'il démarre en douceur avec la première strophe qui est poussive et peu relevée, mais progressivement le style s'étoffe, la magie s'opère pour finir en apothéose.

Shou, 21.04.10, 9:31:44
Je viens de découvrir vos deux textes, que je trouve excellents...
autant les histoires que le style...vivement la suite :)
Ufuono, 19.04.10, 17:35:16
Cher Pasqual, il s'agit bien de la même femme.
Merci à tous, j'espère prochainement pouvoir donner une suite à ce texte...
Dans un mois exactement.
Luciole, 17.11.09, 20:06:40
Félicitations pour ces deux textes, j'ai beaucoup apprécié le suspense qu'ils dégagent. Originale marque de fabrique pour texte amoureux.
Stéphanie, 15.11.09, 22:01:26
SUPERBE... MAGNIFIQUE !
Pasqual, 10.11.09, 7:32:46
Superbe du début à la fin...
Cette femme semble être redoutable ou alors est-ce la fascination que vous éprouvez pour elle? Est-ce la même dont vous parlez dans le texte précédent?
Fidji, 09.11.09, 13:26:59
J'ai beaucoup apprécié le style dialogue du texte, félicitations.
Julien, 09.11.09, 11:05:02
Je reste sans voix
M., 09.11.09, 10:26:01
Envoûtant... Quel sublime texte, tu nous offres là!
Nganji, 09.11.09, 9:32:39
Délicieusement troublant.

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.