Poètes :

Patrick Fran��ois : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Titres en C

Vous lisez

Canapé-vert, mon quartier !

Patrick François,  le 30.03.2011


Canapé-vert, mon quartier !

Les murs sont défigurés,
Car fardés de ces couches de peinture qui recouvrent mes empreintes.

Les arbres et le herbages font semblant de ne pas reconnaitre les soupçons de ma silhouette.

Une faune et une flore qui oublient la couleur de mes yeux
Et la blancheur de mes dents.

Même le vent dans son agacement semble dénoncer ma présence,
Reprenant en choeur les soupirs des oiseaux
Qui semblent signifier que l'étranger est de retour sur cette terre devenue désormais caduque sous les pas étrangers.

Mais savent-ils seulement que ces récifs portent mon nom ?
Soupçonnent-ils que la poussière de mon âme alliée au sable oisif,
Fait partie des briques incorporées dans leurs foyers ?

Non ?
Non !

Alors, il faut le crier !
Il faut leur expliquer que Canapé-vert est bel et bien mon quartier !
Que ses murs limitatifs sont forgés de rochers qui me sont fraternels !
Il faut leur expliquer que l'empreinte de mon ombre tâche encore les corridors,
Que l'écume des VAGUES porte encore mon odeur,
Que le résidu de mes larmes suinte encore les feuillages.

Il faut leur montrer les pierres qui furent jadis mes amies,
Les palmiers qui gardent mes initiales.
Il faut leur murmurer à l'oreille que je suis le fils naturel du vent,
Enfanté jadis par le tourbillon de poussière.

Dis-leur que Patrick François,
Le fils spirituel d'Haïti,
Vient de retrouver Canapé-vert,
Sa terre qu'il a lâchement abandonnée !

 

Commentaires

Fabienne, 30.03.2011

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.