Poètes :

Vague-Abonde : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Titres en I

Intacts

Vous lisez

Intacts

Vague-Abonde,  le 22.07.2011


Epars, niais..., peu épargnés en somme par la caillasse des sentiers empruntés, empreints de teintes en brun, teintés d'emprunt, travestis, traversés..., encore intacts: mes pieds.
Nus, cornés, malmenés, bien menés, voyageurs.
Âme crevassée, coeur cabossé, cerveau blessé, tête tabassée, corps harassé...: encore intacts!
Et dans les yeux l'impact de l'univers entier...
Intact dans le regard, tous les ciels étoilés, les poubelles éventrées, les amours envolés...
Et dans la bouche, compact, le goût des exilés.
Amer. Salé. Plombé. Soufflé.
Dans les narines, inouïe, l'âpre odeur des charniers.
Dans chaque pore, implacables, les séquelles du passé.
Dans chaque port, pitoyables, des barques abandonnées...
De l'asséché, du désossé, du trépassé.
A terre mais intacte, je peux me relever.
Genoux cabossés, coudes éraflés, souvenirs écorchés.
Entité privée d'air, de l'essentielle essence des partances étrangères...
Bien loin des exclusions de cette terre-cercueil, enfin dans l'expulsion de cette mère de deuil... Océans de clarté, Océans ravagés, Océans destructeurs, tumultueux, mauvais: prêts à nous engloutir... et prêts à nous ouvrir mille et une terres d'accueil... de l'autre côté des mers, le face à face de l'eau, les îles démembrées...
Ailes arrachées. Rêves avortés. Destinée amputée.
Gâchis. Frichti des sentiments. Violation des promesses.
J'ai appris: je suis ce sang qui ne ment pas, alluvion de tendresse...
(...)
De la vie, l'impact.
De la mort, l'impact.
Entre les deux le pacte, que l'on doit respecter.
Incapacité d'opacité.
Incompatible avec la bible.
Inapte à l'inepte.
Allergique au fric.
Infiniment perdue. Etonnement présente. Etrangement globale.
(...)
Si je pouvais, oh! si je pouvais...
Si j'avais ce pouvoir, inoxydable armure, d'être ici bas sur Terre sacrée Miss Univers... je mettrais mon coeur pur au service d'une armée qui efface les bavures, épure les saletés...
Et rend à l'être humain sa place de baladin.

 

Commentaires

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.