Poètes :

Je Suis Personne : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Autres titres

L'Autre Monde

Dernière inspiration

L'Autre Monde

Je Suis Personne,  le 13.01.2016


Depuis toujours, l'Homme
Animé d'un désir irréfréné de conquêtes,
A convoité des territoires inconnus,
Les colonisant sans vergogne :
MOI...NON!!!
Mon monde étant le seul centre d'intérêt
Ayant toute ma bienveillante attention, mais...
--------- --------- ---------
Traçant, aux confins du temps et de l'espace,
La route de mon opiniâtre destiné,
A l'aube de cette nouvelle année,
Vint me frôler un astre, au panache cuivré.
Attiré; sur une orbite elliptique il prit sa place
Neutralisant en mon coeur ses défenses cuirassées
Anéantissant ainsi la trajectoire initiée.
Hypnotisé par tant de beautés,
Revigoré, je fus pris d'une incommensurable audace.
Aucune crainte ne m'envahit, alors j'amerris.
Urgence pour moi de naviguer
Ici sur cette vaste étendue azurée
Plissée anarchiquement de tous côtés.
Réticule fixé sur le but défini,
Je vogue, troublant la quiétude exacerbée,
Naufragé en quête de l'inconnue désirée.
Quand bien même je fus déstabilisé
Irrémédiablement à mon objectif,je me dédie.

Vers l'avant, inaccessible,
Enlacé par un dôme protecteur immaculé
Majestueux archipel aux teintes chaleureuses, tu t'es dressé,
Serti d'une magnifique écume ambrée.
N'attendant, de mon âme, que des caresses invisibles
Tes courbes généreuses m'ont troublé.
Astérie transcendant ma curiosité,
Que, de cette voie, ne me suis-je pas détournée
Limitant mes désirs à des rêves paisibles.

Métissée, ta surface hâlée frémit au moindre souffle.
Tangentes au Nord, deux hémisphères albâtres couronnées,
Au sein desquelles un coeur de pierre ensoleillé
Scintillant et insondable, m'ont captivé.
Dans ton giron, un donjon brun se camoufle,
Au sommet de chacune des deux éminences profilées.
Ombragé au Sud, dans une vallée, un delta inversé
Où une irrésistible résurgence transparait,
Nymphe qui m'époustoufle.

Tabifique héritage de 2 anciennes civilisations,
L'harmonie de ce havre hospitalier,
Me transporte bien au delà du sensé
Et pourtant, m'y perdre, je ne puis aller
Malgré son irrésistible attraction
Et ses somptueux trésors cachés.
Je reste, devant cet interdit, paralysé.
De ce monde, mon regard il me faut détourner
Au risque d'en constater la disparition.
--------- --------- ---------
Je ne puis convoiter ce lieu merveilleux
Non pas que je n'en éprouve point l'envie
Triste sort que le mien de ne pouvoir demeurer
Sur cette si hospitalière contrée.
Esclave de cette planète enchanteresse
M'affranchir de sa divine étreinte il me faut.
En quittant ce monde inexploré,
Le résultat de cette quête déraisonnable
Ne fut que souffrances et mélancolie.
Je n'ai pas succombé, honneur m'est conservé
La sagesse a pris le pas sur la passion.

 

Commentaires

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.