Poètes :

Issopha : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Dernière inspiration

C'est comme cela que je t'aime ...

Issopha,  le 04.01.2011


Il y a des soirs comme ça où
Longeant les ruelles de ma tristesse têtue,
Je cherche une âme à qui parler et je te sais là quelque part,
Belle ombre légère dans la brise qui chante,
À écouter ma peine silencieuse.
Lucide, tu me sais deviner par instants,
Vide de toi, vide de tout et sais ces moments où rien ne vaut le silence...
*
Tu te risques souvent, hardie,
Dans l'épaisse brume de mon île intérieure,
Jardin de brisures, abri mystique de mes secrets les plus fous, les plus flous.
Tu y rentres comme un soleil espion, brûlant, caressant,
Et viens tiédir ma vie agitée par trop de passions déchirantes et stériles
D'un baume d'habitudes nouvelles.
Ta main armée de ton coeur de lionne me cherche me sonde,
M'appelle, juste ce qu'il faut...
Et quand lasse de ne me rencontrer point
Là où j'ai mal à ma vie et... à l'amour
Tu t'effondres au seuil de ma porte close et t'endors obstinée sur un rêve de moi;
Oui lorsque malgré tout tu m'espères encore plus fort...
C'est comme ça que je t'aime !
*
Toi seule sais l'art délicat
De m'effleurer au plus vrai de mon essence
Rongée par les tsunamis de la vie.
Jusque dans les mille et une fêlures de mon âme,
Tu insinues un risque sentimental qui m'affranchira sans doute de mon puéril.
Ta générosité de femme et cette rage amoureuse
De me découvrir à la lumière du jour et de l'authentique
Tombent les masques de la honte, odieux souvenirs, baisers de façade.
Quand tu prends ma tête contre ta poitrine chaude,
Buste alcôve protecteur et généreux de moi,
Quand tes lèvres lénitives dans mes forêts douloureuses
Farfouillent l'intime de mes pensées volages et volcaniques,
Ah ! Femme de flamme, vérité de femme...
C'est comme ça que je t'aime !
*
J'aime le contact de tes doigts de velours sur mon corps cadavérique d'attente !
J'aime les légendes odorantes que susurre ton souffle anisé sur ma peau aride.
J'aime l'escorte tendre que me prêtent tes mots d'amour jusqu'aux plaisirs du dormir...
Dormir enfin du plus extatique des sommeils que je n'ai pas connus avant , oh minuits d'absence !
Et lorsque pour un rien d'angoisse
Mes envies animales d'adulescent s'éveillent de mon Vésuve intérieur,
Lorsque tendrement tu leur opposes ton rythme d'amour
Si paix, si mûr, si temps, si femme...
C'est comme ça que je t'aime !
*
Lorsque tu me parles des maux d'amour
Avec les mots d'amour les plus purs, les plus simples, les tiens ;
Lorsque de tes mots d'amour tu me parles d'amour,
D'espoir, de liberté et de victoire ;
Lorsque qu'avec tes mots qui chantent
Tu me parles de l'enfant qui attend toujours
Dans un coin de ma tête le retour de qui, de quoi...
Lorsque par tes mots d'amour je réapprends le pas sûr,
La cadence juste, l'acte mûr de l'homme devenu...
C'est comme ça que je t'aime !
*
Je garde tout pour moi chichement, effrayé par les demains de dénuement.
Pourtant tu m'enrichis à tout me prendre, sans mot dire, rassurante, simplement.
Rentrer avec toi dans la danse de la vie,
Telle est mon unique certitude d'ici-bas, maintenant.
Endurer avec toi les rudes saisons du désamour,
S'exalter ensemble des mélodies du bonheur.
Oser mon coeur vers le tien, mon corps aussi.
Et mes larmes asséchées depuis si longtemps.
Mon temps est le tien et ton sang le mien
Mon combat, tout seul je le perds !
*
Démesure, ma seconde nature !
Ma tête en flammes se constipe d'indomptables folies de grandeur :
Fanon, Hercule, Virgile, Césaire, Funès...
Je me rêve obstinément phénoménal, sortant de la vie obstinément phénoménal.
Pourtant tu prends la belle habitude de me bousculer humainement,
Comme pour me ramener à la juste mesure de mes possibles limites :
Etre un homme ordinaire, Farouchement banal,
Parti pour se rencontrer et se reconnaître enfin
Avec toi...grâce à toi
*
Je t'aime à n'en plus pouvoir comme l'ami à La Boétie
Parce que c'est toi... et pas une autre
Quand tu hasardes ta main sur mes doigts anémiés de mère
Et tes yeux au fond des miens,
Comme pour traquer l'époux qui tarde à naître en moi.
*
Quand tout redevient si simple à comprendre,
Toutes ces attentes quelques fois puériles aux atours d'amour
Et l'espérance d'une femme comme toi...
Quand au mépris de la peste d'étranger qui Sisyphe en moi
Tu tentes malgré tout le geste qui aime...
C'est comme ça que je t'aime !
*
C'est pour tout cela que je t'aime !

 

Commentaires

Sellou Diallo, 19.06.2011
Galia, 04.02.2011
cloclo, 06.01.2011
Agni , 04.01.2011
Monique Phoba, 04.01.2011

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.