Poètes :

Ana Kwaïko : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Dernière inspiration

Le lièvre et les petits lapins

Ana Kwaïko,  le 25.02.2015


Un pauvre petit lièvre, ayant perdu les siens,
Cherchait à s'amuser tout au long du chemin.
Il chantait à tue-tête en balançant son balluchon
Quand une horde de lapins l'entendit rire près du champ.

Oh ! Troubadour, viens donc te joindre à nous,
Dit un des plus vieux connins.
N'as-tu pas le gosier sec, le ventre creux et tellement peu de sous ?
Viens donc festoyer et prendre quelques flasques de vin.

Oh ! Avec grand plaisir, répondit le manant ;
Je ne peux refuser si belle invitation.
J'ai ouï-dire qu'il y a ménestrels et baladins.
Pourrais-je m'inviter pour y jouer du tambourin ?

Certes, répondit le connin.
Les autres gus bondirent de leur bosquet :
Il n'est point des nôtres, susurrèrent-ils. Ce n'est pas un lapin ;
Il est vil et méprisable, prenons le pour crétin !

Mais, il me doit de te prévenir, dit le lapin,
Qu'un artiste invité
Viendra ouvrir les festivités,
Et cela à chaque avenir.

Ainsi les lapins se moquèrent de lui.
L'été passa sans le moindre souci.
Quand l'hiver fut venu, le lièvre supplia
Pour être enfin l'artiste invité de ces veillées de joie.

Réticent et narquois, le lapin répondit :
Mon beau pauvre lièvre, ne vous a-t-on jamais dit
Que courtoisie et attention riment souvent avec hypocrisie et fabulation ?
Vous ne serez jamais l'interprète invité à ouvrir le bal ;
Vous n'étiez que notre divertissement, notre bouffon.
Reprenez donc vos cymbales !

Le lièvre frustré et désenchanté, reprit son chemin
Pour retrouver les siens.

Moralité :

Comprenne qui pourra !

 

Commentaires

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.