Poèmes : #  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Titres en J

Jours de maintenance
Jamais
Jour de malheur
Jeux
Jusqu’à la morsure
Jeu préféré
Journal d’un retour. (Extrait 5)
Journal d’un retour. (Extrait 4)
Je suis loin...
Jungle Humaine
J'ai toujours voulu
Journal d'un retour. (Extrait 3)
Journal d'un retour. (Extrait 2)
Journal d'un retour. (Extrait 1)
Judas
Jouets sortis de l'ouate
Jour férié
Jour ouvrable
Jamber les déconvenues
Joseph D.
Jeux de rôles
Jumelles
Juices
Jambe de bois
Johnny Negro
Jamais
Jardin secret
Jozefa
Journal intime
Jours heureux (Le vieux machin)
Jazz à Jericho
Je te pleure ma Forêt Kongo
Jusqu'à c'qu'amour s'ensuive
J'en rêve encore
Jungles d'accueil
Just Like A Dream
Journée de la femme
Janvier
Je n'ai rien vu à Bukavu
Je sais pas
Jeu de mains
Je m'en vais
Jazz
J'en ai rien à cirer de ton dernier voilier
Je roule à gauche, à droite...
Jouir d'ouïr et ouïr de jouir
Je sais
Jardins piégés
Je ne le dirai pas
Je ne me fatigue pas
Je veux
Jeux d'acteurs
Juste besoin
Je ne vous dirai pas...
J'abandonne
J'emprunte
Je t'aime
Je suis à la fenêtre
Jeux d'enfants
Je marchais
J'ai perdu mon mouchoir
Jugement dernier
J'abrite
J'avais rêvé
Je ne suis qu'un corps
Joy
Je te regardais...
Je n'irai plus rue Sombre
Je reviendrai
Je suis
Jeu de société
Je t'aime
J'aimerai que ce soit lui
Je serai ton fond marin (Extrait)
Journal intime
Je te hais
Just one
Je l'aime trop
Juge
Jusqu'au trognon
Jouer avec le feu
Je t'oublierai
Jour sans
Jeu de guerre

Vous lisez

Jours heureux (Le vieux machin)

Richard Jean-Jacques,  le 31.03.2014

Sur l'air de "UNE MÊCHE DE CHEVEUX" de Salvatore Adamo


Au fond de mon grenier, bien cachés dans un coin,
Hier, j'ai retrouvé, un tas de vieux machins.
Ils étaient là sur'ment depuis bien des années,
Mais ce n'est que maint'nant que je les ai trouvés.

Couverte de poussière, une malle en osier
Me rappelle que naguère je t'avais épousée.
Quand soudain je l'ouvris, resurgit à mes yeux,
Le souvenir nourrit de tous nos anciens jeux.

Cette robe de soie aux couleurs bigarrées,
Que tu passais sur toi, si belle, ma bien-aimée.
Tu étais bohémienne et tu lisais pour moi,
Dans mes mains ou les tiennes, me sachant tout à toi,

Notre avenir commun qui parlait d'un enfant
Aux beaux cheveux tout bruns qui t'appelait maman.
Aujourd'hui je suis fier, tout cela était vrai,
Car près de la rivière mon petit-fils s’égaie,

Il a trouvé ma canne et s'est précipité
Près de la vieille cabane pour y aller pêcher.
Je lui avais parlé de tous mes vieux machins
Blottis dans les tiroirs depuis des temps lointains;

Alors il a fouillé dans tous mes souvenirs
Enfouis dans ma mémoire, les a fait rajeunir.
Visite-moi ce soir, viens donne moi la main,
Quand je vois le miroir, ... c'est moi le vieux machin!


© SABAM RICHARD Jean-Jacques

 

Commentaires

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.