Poèmes : #  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Titres en S

Souricière
Sous plastique
Sur la Promenade
Superproduction
Science presqu’exacte (01)
Sur la dette de Dieu
Sous l'emprise de la tristesse
Sans répit
Souhaits exaucés
Scorbut
Salle des fêtes
Si Dieu était une femme
Soumission
Sourde Oreille
Shawri
Soul-Full
Sunset Boulevard
Somnambule
Samson en chemin
Stérile
Société de consumation
Sans histoire
Signe de vie
Seul domicile connu
Sexiste
Sous Un Casque Bleu
Sur des peintures de Christine Aubeye
Somnifère
Soir de relâche
Sur le site
Soul searching
Spontané
Supplément
Salto mortale
Sado-macho
Sirène
Sourire du vent...
Snapshot
Scintillements
Surprise
Sacrilège
Sans trop le vouloir
Saint-Sauveur
Saint Patron Des Silences
Scaphandre
Sans abri
Samantha
Sado
Sans doute
Songe à la douceur...
Sur ses gardes
Séparation de corps et biens
Sacré Monsieur !
Sur la route
Spécimen
Selfie
Seule au monde
Scrutin
Sans-abri
Secondes noces
Slam qui écoute le Jazz de Toufik Farroukh
Sous un ciel
Sang et eau
Style empire
Soleil Esquimau
Soul survivor
Stop !
Simiesque
Sparadrap commando
Sacro-saint
Siamois
Sans réfléchir
Spéléo
Sans collier
Soleil dépassé
slow motions
Souci de collectionneur
Simplicité
SOS Migrants (Épisode 1)
Silence
Sans froid
Surface
Strange fruits
Secret d'alcôve
Scènes d'hiver, scènes de vie
Soleil
Slowing down
Sauvages
Spectacle
Sirènes
Souhaits
Sourire de jais
Semer le vent
Sur le boulevard du 30 juin (Partie I)
Solitude 52
Solitude 87
Soupape
Sans rien entendre
Sans titre
Sincérité
Solitudes
Spleen des diamants
Sur-le-champ
Salve d'ogives
Souvent
Sans rancune
Silence
Susceptible
Silhouette ébène, les mains trop usées d'un artiste oublié
SDF
Signaux de détresse
Sang
Songe et mensonge
Sur mon papier glisse ma plume, elle s'use et cela m'amuse.
Sens en éveil
Sauve-qui-peut
Sens dessus dessous
Sentiment
Suicidaires avertis
Sans titre
Se souvenir
Silence trop bruyant
Smoke and Mirror Breaks
Son père
Sadomaso
Solitaire
Seconde chance
Sang d'ancre
Sans cesse
Say it loud
Soft Sounds of Love's Embracing Chase
Sans filet
Sommeil
Sagesse temporaire
Sous l'Epée de Damoclès
Sur le front
Sweet Caress of Summer's Light
Sobre
Suite pour violoncelle
Si la nuit
Sarments de vignes, serment d'ivrogne
Sauvez les sirènes !
Siffle mais ne parle pas
Soupir
Si
Sa grotte
Sur ma terre d'Afrique
Stigmates
Souvenir
Summer rain
Son Intime
Sonorité
Scalpel
Schizophrènes
Songe d'une mort rêvée
Stockholm
Salle d'attente
Son désir d'enfant
Sa raison de naître
Son absence
Sur mes pages
Sans titre
Sade (Pour Helen Folasade Adu)
Songe d'un soir
S.D.F., Sans Dignité Fixe...
Souffle
SMS
SOS sans avenir
Sans-façon
Safari
Soie noire et dentelles
Septième jour
Sadia, deux ans déjà
Substitut
Surréaliste
Sur l'oreiller
Sablier
Satine
Sentiments Nés Sous X
Sans titre
Sur le creux de ta bouche...
Sweetest Love
Sept secondes...
Spleen
Sur le fil
Subversif
Seigneur de mon Âme !
Sans aile
Suicides

Vous lisez

Sadia, deux ans déjà

Fredo,  le 08.09.2009


Moi qui prônais le saint pardon, moi qui semble t-il m'envolais haut.
Moi qui vous écoutais pendant des heures, parler si vite en Penjabi...

Vous deux charmantes petites pakistanaises,
vous deux reines de proue des résistantes.
Vous avez lutté fièrement rejetant leur intolérance,
vous riant de leur mentalité,
faisant fi de leur pseudo droit de naissance.

Vous vouliez mettre en lumière cet esclavage moderne,
connu de beaucoup mais placé sous la loi du silence.

Vous saviez vos vies menacées,
votre courage doit être honoré.

Sciant chaque jour avec douleur les barreaux de culpabilité
qui depuis votre enfance par les anciennes traditions étaient élevés.

Tu es partie,
deux ans déjà,
nous restons là.
Tout ceux qui t'aiment sont fiers de toi.

Jamais, jamais, jamais nous le savons,
tu n'as failli, baissé les bras.
Jamais, jamais, jamais nous l'affirmons,
tu n'as fui, reculé d'un seul pas.
Jamais, jamais, jamais nous le crions,
ton nom ne s'oubliera. Sadia


Moi qui prônais l'amour sans faille a maintenant un coeur en berne.
Mais toi-même si tu refusais le chemin qu'il voulait t'imposer
malgré tout tu n'as jamais cessé de les aimer.

Quand à vous bras armé,
donneur d'ordre ou silencieux,
sachez bien que jusqu'au bout elle vous aimait
et connaissant sa grandeur d'âme
j'imagine que face à l'arme,
elle a dû encore prier pour toi.

Musadar que va donc pouvoir faire le ciel de toi ?
Tu peux bien te cacher derrière la Sharia,
l'honneur de ta famille eut été bien mieux servi
si tu avais emmené cet ange jusqu'à l'autel marier
l'homme qu'elle avait choisi,
l'homme qu'elle aimait.

Sadia, tu as réussi ton combat.
Ne pas choisir était ton choix.
Amour, liberté, famille ne devrait mutuellement s'exclure.

C'est pour la fête de Eid et pour le respect de ta famille que tu as accepté de les revoir.
Une voix sourde comme une rengaine me dicte que c'est bien là que le verdict est tombé.
Une semaine s'est encore écoulée avant que leur sentence ne soit exécutée.

Trois balles ont eu raison de toi,
mais toi fortes tu ne t'es autorisée à partir
que dans les bras de l'homme qui était fait pour toi.

Sadia, ton amour reste là,
Sadia ton amour reste là.
Sadia ton amour survivra.

 

Commentaires

Orphéa, 10.09.09, 13:01:24
Ce texte est un pure merveille de la littérature française, félicitation à l'auteur que je ne connais pas mais qui à toute mon admiration!
Keysha, 08.09.09, 22:29:15
Big up à l'auteur de ces lettres et à toutes celles pour qui la liberté est un combat de longue haleine!! Et Big up à tous les hommes qui se battent pour elles!
Julien, 08.09.09, 22:22:21
Comme je le disais à une amie chère, j'aurais préféré ne jamais avoir à commenter ce genre de texte. Mais le fait est que des "évènements" qui ôtent la vie à des coeurs purs arrivent tous les jours alors merci de porter des mots sur nos révoltes intérieures..J'en ai eu des frissons.
Pasqual, 08.09.09, 22:06:22
Merci pour ces lignes poignantes, merci de lui dédier vos lettres...Merci, et où qu'elle soit, qu'elle reçoive nos pensées grâce à vous Fredo.
Nganji, 08.09.09, 7:12:07
Merci

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.