Poèmes : #  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Titres en S

Signe de vie
Seul domicile connu
Sexiste
Sous Un Casque Bleu
Sur des peintures de Christine Aubeye
Somnifère
Soir de relâche
Sur le site
Soul searching
Spontané
Supplément
Salto mortale
Sado-macho
Sirène
Sourire du vent...
Snapshot
Scintillements
Surprise
Sacrilège
Sans trop le vouloir
Saint-Sauveur
Saint Patron Des Silences
Scaphandre
Sans abri
Samantha
Sado
Sans doute
Songe à la douceur...
Sur ses gardes
Séparation de corps et biens
Sacré Monsieur !
Sur la route
Spécimen
Selfie
Seule au monde
Scrutin
Sans-abri
Secondes noces
Slam qui écoute le Jazz de Toufik Farroukh
Sous un ciel
Sang et eau
Style empire
Soleil Esquimau
Soul survivor
Stop !
Simiesque
Sparadrap commando
Sacro-saint
Siamois
Sans réfléchir
Spéléo
Sans collier
Soleil dépassé
slow motions
Souci de collectionneur
Simplicité
SOS Migrants (Épisode 1)
Silence
Sans froid
Surface
Strange fruits
Secret d'alcôve
Scènes d'hiver, scènes de vie
Soleil
Slowing down
Sauvages
Spectacle
Sirènes
Souhaits
Sourire de jais
Semer le vent
Sur le boulevard du 30 juin (Partie I)
Solitude 52
Solitude 87
Soupape
Sans rien entendre
Sans titre
Sincérité
Solitudes
Spleen des diamants
Sur-le-champ
Salve d'ogives
Souvent
Sans rancune
Silence
Susceptible
Silhouette ébène, les mains trop usées d'un artiste oublié
SDF
Signaux de détresse
Sang
Songe et mensonge
Sur mon papier glisse ma plume, elle s'use et cela m'amuse.
Sens en éveil
Sauve-qui-peut
Sens dessus dessous
Sentiment
Suicidaires avertis
Sans titre
Se souvenir
Silence trop bruyant
Smoke and Mirror Breaks
Son père
Sadomaso
Solitaire
Seconde chance
Sang d'ancre
Sans cesse
Say it loud
Soft Sounds of Love's Embracing Chase
Sans filet
Sommeil
Sagesse temporaire
Sous l'Epée de Damoclès
Sur le front
Sweet Caress of Summer's Light
Sobre
Suite pour violoncelle
Si la nuit
Sarments de vignes, serment d'ivrogne
Sauvez les sirènes !
Siffle mais ne parle pas
Soupir
Si
Sa grotte
Sur ma terre d'Afrique
Stigmates
Souvenir
Summer rain
Son Intime
Sonorité
Scalpel
Schizophrènes
Songe d'une mort rêvée
Stockholm
Salle d'attente
Son désir d'enfant
Sa raison de naître
Son absence
Sur mes pages
Sans titre
Sade (Pour Helen Folasade Adu)
Songe d'un soir
S.D.F., Sans Dignité Fixe...
Souffle
SMS
SOS sans avenir
Sans-façon
Safari
Soie noire et dentelles
Septième jour
Sadia, deux ans déjà
Substitut
Surréaliste
Sur l'oreiller
Sablier
Satine
Sentiments Nés Sous X
Sans titre
Sur le creux de ta bouche...
Sweetest Love
Sept secondes...
Spleen
Sur le fil
Subversif
Seigneur de mon Âme !
Sans aile
Suicides

Vous lisez

Seconde chance

Chris Levo,  le 19.05.2011


Décimant des familles entières au sein des villes et villages,
Insidieusement, le SIDA s'implante au coeur de notre planète
En démasquant des femmes frivoles mais aussi des maris volages,
Prenant au fil des ans des proportions dont tout le monde s'inquiète.

Les continents sont décapités d'une frange de la population active.
On dénombre tant de veufs et veuves, mais surtout des millions d'orphelins.
C'est d'une immense main d'oeuvre que cette maladie naguère mystérieuse prive !
Au bout de fastidieuses années de recherches, désormais, ce fléau nous a rendus malins.

Ses différents modes de propagation ont enfin été épinglés.
Depuis lors, les médias ont initié des campagnes d'information.
Néanmoins les principes de précaution sont constamment étranglés :
Téméraires, les hommes versent dans la luxure sans aucune modération.

Hier encore, pour survivre à l'écrasante misère du quotidien,
Au mépris de leur vertu, des femmes s'adonnaient à la prostitution,
Monnayant leurs charmes contre quelques dollars, voire une miche de pain
Avec des hommes à peine scrupuleux qui batifolaient volontiers sans protection.

Ils ont tous foulé aux pieds les ancestrales traditions
Au grand dam de la candeur, de la fidélité et de l'abstinence,
Cédant aux sirènes des villes brillant pâlement par leur dépravation.
Pour leurs bas-instincts, tout n'était que légèreté, libertinage et indécence.

Au lieu d'éduquer la population, la musique corrompt les moeurs
Ainsi que nos jeunes qui, sans gêne, exhibent en public leur intimité.
Maintenant que les cas de décès s'accumulent, les gens vivent dans la peur.
Plus qu'une préoccupation de santé, le SIDA est devenu un problème de société.

Peu se soumettent au dépistage, de peur qu'on ne les critique.
Livrés à eux-mêmes, les malades vivent un drame au quotidien.
Hélas, face à un tel désastre, la mobilisation n'est que sporadique
Et les bien-portants continuent à s’amuser comme s'il n'en était rien.

Les campagnes de sensibilisation sont banalisées par les télévisions.
Innombrables sont les femmes et enfants victimes de viols et exactions.
On ne compte plus les innocents contaminés par des poches de transfusion.
Trop d'enfants à prendre en charge, tant de nourrissons candidats à l'adoption !

La politique de prévention a échoué, les médecins sont surpris.
Les autorités nationales semblent ignorer l'ampleur de la situation.
Tous les droits de la femme sont bafoués, la trithérapie est hors de prix,
Pourtant, les instances internationales n'en font guère leur préoccupation.

A peine la troisième génération conduit-elle les parents vers leur tombe
Qu'en guise d'héritage, elle se voit confier la prise en charge de leur descendance.
Très rapidement, elle est submergée par les nouvelles responsabilités qui lui incombent :
Elever et éduquer les orphelins requiert des sacrifices largement au-delà de ses compétences.

Le pire est que, pour anéantir des générations entières,
Des autorités sans scrupules perpètrent des crimes odieux
En n'hésitant guère à utiliser le SIDA comme arme de guerre.
Elles s'acharnent à briser des peuples et se prennent pour des dieux.

Ces problématiques doivent concerner et impliquer chacun de nous.
Ainsi, adoptons une attitude consciencieuse, vigilante et responsable !
Mobilisons-nous et montrons à ces enfants qu'ils ne sont pas perdus du tout.
Offrons-leur un nouveau foyer, une seconde chance pour leur édifier un avenir stable.

 

Commentaires

Kris Fondation Mundele, 21.05.11, 21:11:13
Ecrire c'est avoir le courage d'oser dire son ressenti par rapport aux tragédies de la vie, parler de ce sujet est très complexe et franchement tu as bien ficelé cet écrit. Ces vers pourraient presque illustrer une campagne de prévention nationale voire au-delà. Beau travail Chevalier de la Plume, peu oserait écrire sur un tel fléau.

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.