Poèmes : #  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Titres en J

Journal d’un retour. (Extrait 5)
Journal d’un retour. (Extrait 4)
Je suis loin...
Jungle Humaine
J'ai toujours voulu
Journal d'un retour. (Extrait 3)
Journal d'un retour. (Extrait 2)
Journal d'un retour. (Extrait 1)
Judas
Jouets sortis de l'ouate
Jour férié
Jour ouvrable
Jamber les déconvenues
Joseph D.
Jeux de rôles
Jumelles
Juices
Jambe de bois
Johnny Negro
Jamais
Jardin secret
Jozefa
Journal intime
Jours heureux (Le vieux machin)
Jazz à Jericho
Je te pleure ma Forêt Kongo
Jusqu'à c'qu'amour s'ensuive
J'en rêve encore
Jungles d'accueil
Just Like A Dream
Journée de la femme
Janvier
Je n'ai rien vu à Bukavu
Je sais pas
Jeu de mains
Je m'en vais
Jazz
J'en ai rien à cirer de ton dernier voilier
Je roule à gauche, à droite...
Jouir d'ouïr et ouïr de jouir
Je sais
Jardins piégés
Je ne le dirai pas
Je ne me fatigue pas
Je veux
Jeux d'acteurs
Juste besoin
Je ne vous dirai pas...
J'abandonne
J'emprunte
Je t'aime
Je suis à la fenêtre
Jeux d'enfants
Je marchais
J'ai perdu mon mouchoir
Jugement dernier
J'abrite
J'avais rêvé
Je ne suis qu'un corps
Joy
Je te regardais...
Je n'irai plus rue Sombre
Je reviendrai
Je suis
Jeu de société
Je t'aime
J'aimerai que ce soit lui
Je serai ton fond marin (Extrait)
Journal intime
Je te hais
Just one
Je l'aime trop
Juge
Jusqu'au trognon
Jouer avec le feu
Je t'oublierai
Jour sans
Jeu de guerre

Vous lisez

Je t'oublierai

cBrain,  le 25.05.2009


De la personne que je connaissais,
Il ne reste que des débris du passé.
C'est au moment où le souvenir de ton rire
M'est devenue aussi audible qu'un cri étouffé
Que j'ai compris que je t'oublierai.

Comme une vieille cicatrice, au début,
Portée comme un rappel de mon erreur, tu deviens caduc.
Preuve que c'est la remontée qui fait de moi cette personne en devenir,
Qui sous ton dédain de l'historique , ne se retournera sur le passé,
Que pour y retrouver des bribes de ce récit périmé.

Le fait n'est plus de savoir qui a laissé la relation faner,
La situation est tel que le mot « désuet » ne serait pas assez fort,
Pour décrire le caractère obsolète de quelques efforts,
De réconciliations, tête-à-tête ou autres nez à nez.

Comment sortir de cette léthargie?
La vérité est que comme une blessure qu'on a léché,
Tentant d'arrêter l'hémorragie,
Le sang va arrêter de couler dès que j'arrêterai d'en baver.

 

Commentaires

parfumcoco, 25.07.10, 2:09:31
WOW WOW WOW superbement décrit et écrit.
Aman, 30.05.09, 13:58:35
Merci pour ce texte qui me rappelle que les plus hautes trahisons sont elles aussi surmontables.

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.