Poèmes : #  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #  

Titres en J

Jour de malheur
Jeux
Jusqu’à la morsure
Jeu préféré
Journal d’un retour. (Extrait 5)
Journal d’un retour. (Extrait 4)
Je suis loin...
Jungle Humaine
J'ai toujours voulu
Journal d'un retour. (Extrait 3)
Journal d'un retour. (Extrait 2)
Journal d'un retour. (Extrait 1)
Judas
Jouets sortis de l'ouate
Jour férié
Jour ouvrable
Jamber les déconvenues
Joseph D.
Jeux de rôles
Jumelles
Juices
Jambe de bois
Johnny Negro
Jamais
Jardin secret
Jozefa
Journal intime
Jours heureux (Le vieux machin)
Jazz à Jericho
Je te pleure ma Forêt Kongo
Jusqu'à c'qu'amour s'ensuive
J'en rêve encore
Jungles d'accueil
Just Like A Dream
Journée de la femme
Janvier
Je n'ai rien vu à Bukavu
Je sais pas
Jeu de mains
Je m'en vais
Jazz
J'en ai rien à cirer de ton dernier voilier
Je roule à gauche, à droite...
Jouir d'ouïr et ouïr de jouir
Je sais
Jardins piégés
Je ne le dirai pas
Je ne me fatigue pas
Je veux
Jeux d'acteurs
Juste besoin
Je ne vous dirai pas...
J'abandonne
J'emprunte
Je t'aime
Je suis à la fenêtre
Jeux d'enfants
Je marchais
J'ai perdu mon mouchoir
Jugement dernier
J'abrite
J'avais rêvé
Je ne suis qu'un corps
Joy
Je te regardais...
Je n'irai plus rue Sombre
Je reviendrai
Je suis
Jeu de société
Je t'aime
J'aimerai que ce soit lui
Je serai ton fond marin (Extrait)
Journal intime
Je te hais
Just one
Je l'aime trop
Juge
Jusqu'au trognon
Jouer avec le feu
Je t'oublierai
Jour sans
Jeu de guerre

Vous lisez

Joy

Nshuti,  le 05.02.2011


10 ans déjà.

C'était comme si les lumières de la Chandeleur m'avaient annoncé ta venue.

Ton entrée fracassante dans ma vie a chamboulé mon existence.

J'aurais dû me douter, lorsqu'à peine sortie de mon ventre, tu trouvas seule le chemin jusqu'à mon sein,que tu serais cette petite fille déterminée que tu es aujourd'hui.

J'ai tapé dans le mille en choisissant ton prénom, Joy.

Ton sourire, tes éclats de rire et la flamme toujours présente dans tes yeux rendraient le plus triste des hommes joyeux.

10 ans déjà. Tu illumines ma vie.

J'ai découvert ton côté débrouillard quand à peine debout sur tes petits pieds, tu me tendais ton lange comme pour me dire: "Maman, c'est l'heure de changer ma couche."

Premiers bobos, premières frayeurs d'une mère pour sa fille, tu as souvent montré plus de courage dans les épreuves que le plus brave des soldats. Oui, même avec tes 5 points de suture sur la langue et même quand les docteurs te soignaient à l'hôpital des grands brûlés.

Parfois, Maman a peur, peur de ne pas être à la hauteur de ta grandeur.

Joy, si petite et déjà l'âme si grande. Tu es tellement consciente de ce qui t'entoure. La force de ton instinct est ton arme la plus puissante.

Philosophe à tes heures, du haut de tes 9 ans, tu me dis un jour: "Quand tu as mal au coeur, tout est bousillé dans ta tête."

Tu comprends mieux le monde que beaucoup de grandes personnes.

Il arrive parfois, quand tu entends ce qu'il se passe sur cette terre que tu te révoltes. Et j'entends ta petite voix me dire: "C'est pas juste." Et tu frappes du poing sur la table.

Mais sois tranquille ma fille, ce monde, tu le changes. Tu le changes par tous ces petits gestes, par toutes tes paroles, par la persévérance dont tu fais preuve devant les obstacles de ta petite vie d'enfant et par l'amour que tu répands sans compter autour de toi.

Joy, 10 ans déjà.

Ta complicité avec ton grand frère, Abel, me rend si fière et je sais que vous serez toujours unis et que l'amour que vous vous portez est infini.

Je me rappelle des larmes dans tes yeux lorsqu'il s'est perdu au centre commercial et les seuls mots qui sont sortis de ta bouche étaient: "Maman, mon frère."

Joy, 10 ans déjà.

Tu fais la fièrté de toutes tes tatis et tous tes tontons.

Tu ne connais peut-être pas Mamie mais je sais que de tout la haut dans le ciel, elle te regarde grandir et veille sur toi.

Et ton Papyrus qui t'adore et qui te surnomme affectueusement "chameau", toujours prêts à faire un mauvais coup à deux!

Ma fille, Joy Anaïs Malaïka, 10 ans déjà.

Saches que tu seras toujours entourée de l'Amour de tous les tiens.

Aujourd'hui, tu as 10 ans, 10 ans déjà.

Alors ma Mignonette, Maman voudrait te dire, que tu aies 10 ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans ou plus encore, tant que le bon Dieu me laissera sur cette terre, tu seras toujours ma petite fille et tu auras toujours ta place dans mes bras.

Joyeux anniversaire Joy.

Maman qui t'aime

 

Commentaires

Chris Levo, 25.11.11, 0:30:12
Un poème poignant par l'amour dont il déborde.

C'est dans les plus petites choses du quotidien que la grandeur se manifeste.

Il n'y a rien de plus vrai que l'amour d'une mère.
Il n'y a rien de plus intense que l'amour d'une mère.
Il n'y a rien de plus magnifique que l'amour d'une mère.

Tu sais si merveilleusement nous le démontrer avec une plume qui force l'admiration.

Monique Phoba, 05.02.11, 12:35:43
Un texte d'amour d'une mère à sa fille et toutes nous nous retrouvons ou mère ou fille. Merci Nshuti de nous ouvrir la porte de votre coeur...
The best, 05.02.11, 5:19:10
The best.

Laissez un commentaire.

Tous les champs sont obligatoires.