Récente inspiration

Si seulement

Nganji,  le 05.11.2018


Les ailes poussaient dans le dos

Pour qu’on puisse coller nos fronts

Et se prendre dans les bras

Pourtant

Des doutes, sans cesse, me traversaient

Et je ne retenais plus rien

Ni le temps, ni les gens

Ni les enfants orphelins de terre et de mer,

Ni leurs âmes vagabondes

Qui faisaient des bonds

À chaque courant d’air

Pourtant

J’aurais juré t’avoir reconnue

Toi aussi

Parmi elles

J’aurais juré fermement

Au nom du ciel

Si seulement

Il y en avait un

 

Commentaires

Ajoutez un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.

Autres inspirations

Coup de fil d'Ariane
Enfants
La poignée de mains
Deux Mains
Aveuglement
Chercheuse d’or
Matinal
Mathématique
Der des ders
Voyage intérieur
L'avant-plan
3,2,1
Vers les isthmes
Si seulement
Derniers commentaires
Daan : Très puissant et droit au coeur.

Daan : Si vrai. Super!

Fabienne : Hooo...

Fabienne : étoiles de...garde

Fabienne : Triste mais doux

Fabienne : Il n'est pas mort tout seul puisque nous lisons ces mots ... Superbe...

Fabienne : Beau...

Oligo : La trop rare M. Phoba, avec son étonnant accès aux mots et cette sensibilité largement offerte ... Un plaisir

Fabienne : Beau mais pas seulement..

Fabienne : Bouleversant

Fabienne : Quelques mots très beaux..

Nganji : Bouleversant...

Oligo : On a déjà parlé de poèmes photographiques pour ceux recueillis sous le titre U.S.A. (Paul Morand - 1927) Ici, on pourrait parler aussi de reportage poétique. Autant le premier extrait m'a étonné par sa rupture totale avec ta production 'visible' et avec les habitudes du site, autant j'y ai pris goût et j'ai eu plaisir à lire ce troisième extrait . A suivre bien sûr...

Fabienne : Superbe.