Récente inspiration

Vivant.e à demi

Nganji,  le 17.05.2018


dans le coin de nos mémoires
s’entasse l’épaisseur de l’air

celui que l’on garde
celui qui gonfle
la réserve d’énergie
nécessaire

lorsqu’il encaisse
le choc des chutes
des échecs
des naissances
des pensées
qui échouent
par manque de
véritables authenticités

ces idées
que l’on recopie
et applique
machinalement
sans les connecter
à nos réelles singularités

par peur
de prendre
le risque
de vivre

par crainte
d’apprendre
à être
constamment
soi-même

nous avons préféré
tendre vers les miroirs
déformant la capacité
à s’aimer tel que l’on est

toi
elle
lui
moi

face aux
supposés
complexes
d’infériorité
de chacune
de nos
profondes
unicités

avons
préféré
étouffer
nos appels
intérieures

pour
suivre
les modes
dictées par
les populaires
hauts-parleurs

cris de groupe
dehors
mais
qui dégoûtent
au bord
de l’intimité

lorsqu’une fois rentré.e
chez soi
en soi
face à soi

nous consolons
secrètement
nos douleurs
en préparant
des coussins
d’oxygène
qui ralentiront
la chute
dans notre estime
de chacun
de nos élans
authentiques
rattrapé en plein vol
avant d’avoir atteint
ses objectifs

ces mêmes élans
du fond du cœur
que l’on regarde
en silence
revenir
prématurément
s’écraser

dans le coin de nos mémoires
où l’on entasse sans fin
l’épaisseur d’un air

à défaut de s’en servir
pour passer à travers
ce qui étouffe
notre volonté
à réaliser
nos propres rêves


 

Commentaires

Ajoutez un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.

Autres inspirations

Les témoins de l'orage
Notice
Profane
Magic One
Porte-bonheur
Sur la dette de Dieu
Jour de malheur
Quatre saisons
Sous l'emprise de la tristesse
Eros. Versus. Chronos.
Etat-major
Face 2 Face
Sans répit
Berlin
Derniers commentaires
Daan : Très puissant et droit au coeur.

Daan : Si vrai. Super!

Fabienne : Hooo...

Fabienne : étoiles de...garde

Fabienne : Triste mais doux

Fabienne : Il n'est pas mort tout seul puisque nous lisons ces mots ... Superbe...

Fabienne : Beau...

Oligo : La trop rare M. Phoba, avec son étonnant accès aux mots et cette sensibilité largement offerte ... Un plaisir

Fabienne : Beau mais pas seulement..

Fabienne : Bouleversant

Fabienne : Quelques mots très beaux..

Nganji : Bouleversant...

Oligo : On a déjà parlé de poèmes photographiques pour ceux recueillis sous le titre U.S.A. (Paul Morand - 1927) Ici, on pourrait parler aussi de reportage poétique. Autant le premier extrait m'a étonné par sa rupture totale avec ta production 'visible' et avec les habitudes du site, autant j'y ai pris goût et j'ai eu plaisir à lire ce troisième extrait . A suivre bien sûr...

Fabienne : Superbe.