Récente inspiration

En dessous de la surface

Nganji,  le 07.12.2017


respirer en elle
pleurer cent fois
de peur
d’aimer
ce qui nous échappe

quelques babines idiotes
qui se tapent
le coeur
des diables de matelots
endormis
sur le ventre
comme des bêtes

alors

s’il te plaît

viens

maintenant

prends ma main

sors-moi de là

c’est vrai

tu avais raison

il n’y a que les soleils
qui se perdent en mer

 

Commentaires

Ajoutez un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.

Autres inspirations

Nouveaux débouchés
Héroïque
Héréditaire
Démonstration de force
Conte pour enfants sages et adultes avertis
Au Club Sodo Et Gomo
Le pouvoir absolu
La mère des mers
Les métiers manuels se perdent
Difficile
Chantier aux champs
Mot d’excuse
Vie et mort d'un cruciverbiste
Légers
Derniers commentaires
Daan : Très puissant et droit au coeur.

Daan : Si vrai. Super!

Fabienne : Hooo...

Fabienne : étoiles de...garde

Fabienne : Triste mais doux

Fabienne : Il n'est pas mort tout seul puisque nous lisons ces mots ... Superbe...

Fabienne : Beau...

Oligo : La trop rare M. Phoba, avec son étonnant accès aux mots et cette sensibilité largement offerte ... Un plaisir

Fabienne : Beau mais pas seulement..

Fabienne : Bouleversant

Fabienne : Quelques mots très beaux..

Nganji : Bouleversant...

Oligo : On a déjà parlé de poèmes photographiques pour ceux recueillis sous le titre U.S.A. (Paul Morand - 1927) Ici, on pourrait parler aussi de reportage poétique. Autant le premier extrait m'a étonné par sa rupture totale avec ta production 'visible' et avec les habitudes du site, autant j'y ai pris goût et j'ai eu plaisir à lire ce troisième extrait . A suivre bien sûr...

Fabienne : Superbe.